Mariages : kit de survie

Mon mariage idéal est celui de Laura Ingalls et Almanzo Wilder. Ils se sont donnés rendez-vous au bureau du shérif (le shérif??! Quelqu’un m’a signalé ce petit lapsus 😀 😀 😀 Je vérifierais plus tard Huhuhu) avec chacun leur témoin. La mariée dans sa robe sobre sans fioriture, le mari dans son élégant (et sobre) habit du dimanche. L’acte est signé en cinq minutes, on rentre chez soi où la petite famille peut s’attabler gentiment autour de victuailles de bonne mesure. Fait. Nelly Oleson n’a même pas eu le temps d’ouvrir sa grande gueule. Si ce n’est pas beau, ça ?

Revenons dans la dure réalité de l’organisation du mariage. La tradition de limiter le nombre d’invités aux mariages est récente, à Madagascar. Il y a un siècle encore, les familles annonçaient les mariages à la cantonade : les convives débarquent en grappes, on ne sait jamais à l’avance combien ils seront. La cérémonie ressemble vaguement à des fêtes de famadihana. C’est toujours la manière en cours dans les campagnes. Mais aujourd’hui, un traiteur peut vous dire qu’en moyenne, on en est à 150 invités.

calm
Ou pas.

La liste des invités. En ce qui me concerne, 50 personnes et je me sens déjà surpeuplée. On vous dira toujours que le nombre d’invités n’est problématique que si le budget et l’organisation ne répondent pas présents. Croyez-moi, si vous voulez réussir un mariage avec 500 personnes, ce n’est plus une question de budget ou d’organisation : tout dépend de l’éducation reçue par vos 500 convives. Savent-ils se servir décemment au buffet ? Tiennent-ils l’alcool ? Respectent-ils le nombre d’invités inscrits sur le fairepart ? Emanent-ils des odeurs improbables quand ils sont en sueur ? Cachent-ils leurs conflits intestins ou aiment-ils les étaler devant vos convives ? Savent-ils se tenir en public ? Affables sans être collants, sobres sans être ennuyeux, drôles sans être lourds…etc.

Par ailleurs, une espèce de sentiment culpabilité très malgache invite à dresser une liste virtuelle de personnes qu’on devrait éviter parce qu’on ne partage pas les mêmes valeurs humaines mais qu’on s’évertue à répertorier quelque part dans sa conscience pour des questions de convenance. Du coup, on se retrouve avec une brochette improbable de gens qui vous prennent de haut, qui vous énervent rien qu’à les voir…etc.

Moi, je suis née avec des cisailles : je n’ai aucune vergogne à élaguer de notre arbre généalogique toutes personnes dont je ne partage pas les valeurs. En général, elles n’osent plus s’aventurer dans mes parages, sauf une dont j’ai réglé le compte car Nelly Oleson doit fermer sa grande gueule – et on ne plaisante pas avec mes cisailles. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Aussi, avant de poster vos faireparts au monde entier, posez-vous bien la question de savoir si c’est ce que vous désirez. Souhaitez-vous respecter les convenances ou inviter les personnes que vous aimez et qui vous respectent, vous et votre famille ?

Le cortège. Je déteste. Des voitures fleuries, je déteste. Je suis déjà très soulagée que la tradition d’attacher des poupées aux parechocs et de coller les initiales des mariés en lettres d’ouate soit terminée. Mais même maintenant, je continue à ne pas aimer ces voitures fleuries. Mais pas vous. Donc voici un seul conseil que je peux vous donner : en cas de location de limousine, travaillez-bien le trajet de votre cortège. Un jour, une limousine de mariés est restée coincée sur le croisement de Rasalama/Mahavoky, ce n’était ni romantique, ni intelligent.

gal1_winter_001f
L’impératrice Eugénie et ses dames d’honneur, par Winterhalter. Elles pissent aux aurores et ne boivent plus une seule goutte d’eau, si vous voulez mon avis.

La robe de mariée. Je déteste les grandes robes à crinoline, quelles que soient les couleurs. Je déteste les guipures, les dentelles, les damas. Je déteste les nœuds, les rubans, les petites fleurs. Je déteste les voiles de mariées, ils me font peur – de même pour les gants. La seule fois où j’ai vraiment aimé, c’était une robe de mariée avec des pièces noires sur le satin blanc : ça faisait « Je sais, je vous charrie ». Je déteste les chignons montés et les diadèmes, les ombrelles en dentelles et toutes les dentelles, en général. Je n’ai donc aucun conseil à vous donner, si ce n’est d’aller au petit coin avant d’enfiler la robe.

A la fête. Faites attention à marquer correctement les noms de vos convives pour qu’ils se reconnaissent dans les plans de table. Un jour, j’avais cru qu’ils avaient oublié de nous placer avant que je ne me rende compte qu’ils avaient nommé les miens : « Zéline/Norine ». Les gens, vraiment.

Plan-de-table-mariage-hiver-inspiration-et-idee-La-Fiancee-du-Panda-blog-mariage
Que j’ai vu sur ce site :  www.lafianceedupanda.com

Vous êtes les invités. Premier et important conseil : Tenez-vous au nombre de personnes inscrites sur votre fairepart. Si les mariés invitent deux membres de votre famille, n’insistez pas pour ramener un troisième :

  • Qu’importe si vous pensez qu’il peut s’asseoir sur vos genoux et manger dans votre assiette, si on a voulu trois invités, on vous aurait mis trois invités.
  • Ne vous imposez pas en disant : « On peut payer le repas de notre troisième, vous savez ? » Si les mariés pouvaient ajouter une personne en plus dans la liste de leurs convives, pourquoi pensez-vous qu’ils inviteraient votre squatteur ?
  • Si vous n’avez aucune solution pour la garde de votre troisième « convive », déclinez l’invitation et attendez que les mariés vous disent « On peut s’arranger pour le placer ». N’essayez JAMAIS d’arranger « ça » dans leurs dos.

Second et tout aussi important conseil. On a parfois un petit cocktail de bienvenue. Pitié : ne vous jetez pas dessus et ne restez pas collés devant le buffet. Prenez ce qui vous convient en quantité raisonnable et CASSEZ-VOUS. Bordel, il faut que je le mette dans le journal officiel ou quoi ?!?

Autres conseils. Si vous ne supportez pas l’alcool, n’en prenez pas. Si vous n’aimez pas le repas, n’en faites pas le procès du siècle. Si vous ne pouvez pas supporter vos talons aiguilles, apportez des chaussures plates et changez-les : en aucun cas, et qui que vous soyez dans la hiérarchie sociale des abeilles, ne décidez pas de marcher pieds nus dans la salle.

Lorsque les époux exécutent leur première danse, ne venez pas soulever le voile de la mariée pour en faire une tonnelle au-dessus du couple (ou quelle que soit l’idée faussement romantique que vous vous êtes imaginé) : ce moment leur appartient et vous êtes simplement en train de vous mêler de leur moment. Pendant la danse des époux, la tradition veut que les convives les admirent danser : n’en profitez pas pour aller et venir dans la salle comme une toupie, je vous ai assez vue, vous et vos pieds nus.

00000440.lrg
Sylvie Bouchard et David Danzon, Cie Corpus. Photo et article sur http://www.lexpress.to

Enfin. Faites honneur aux mariés : dansez, riez et amusez-vous. Je sais, vous êtes très vieux et probablement frappé d’une ostéoporose avancée, vos muscles se desserrent et un infarctus est si vite venu. Ce sont d’ailleurs les raisons pour lesquelles vous avez été invité, pour que vous partagiez aux invités toute la misère de votre monde à la face de leur monde. On peut tout de même rester assis sur sa chaise et avoir une bonne mine de gens réjouis, ça ne vous tuera pas.

Voilà. Mon cher Almanzo, préparons notre boghei et partons, avant que toute la grand-rue ne s’invite à notre sauterie.

Bon mariage à tous et aimez-vous.

PS : Une question vous taraude, à la lecture de ce billet. La réponse est : « Oui, certainement pas, au contraire ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :